Presse

Beckie Scott

Triple Olympienne, la skieuse de fond Beckie Scott a remporté une médaille d’or lors des Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City. Quatre ans plus tard, Scott décrochait l’argent à Turin. Elle a été intronisée au Temple de la renommée olympique du Canada lors d’une cérémonie au Air Canada Centre à Toronto en Ontario le 21 septembre 2012.

Bonsoir. Wow, c’est un immense honneur et une fantastique soirée de célébration, et j’aimerais commencer en adressant mes profonds et sincères remerciements à Marcel Aubut et à toutes les personnes qui travaillent en coulisse au Comité olympique canadien du travail incroyable qu’ils ont accompli en organisant un événement formidable en l’honneur des athlètes olympiques et du sport dans ce pays. C’est extraordinaire – merci!

Je me rappelle avoir assisté à quelques-unes de ces soirées d’intronisation au Temple de la renommée olympique lorsque j’étais plus jeune et que j’entreprenais mon parcours olympique. Il y a deux choses qui m’avaient frappée à ce moment-là :

La première est que je me rappelle clairement m’être demandé pourquoi les athlètes devaient attendre aussi longtemps et jusqu’à ce qu’ils soient très vieux avant d’être intronisés! Et me voilà, aussi il est clair que les choses ont changé!

Et la deuxième chose qui m’a toujours frappée est à quel point la famille olympique canadienne est chaleureuse, accueillante et inclusive.  C’est comme si on entre dans une pièce remplie de vieux amis et  qu’on participe à quelque chose de grand, d’authentique et de solidaire. J’ai toujours aimé et valorise cet aspect, même lorsque j’étais une recrue et que de commençais à peine ma carrière.

Et me voilà maintenant, six ans après avoir pris ma retraite, je peux honnêtement dire que c’est toujours ce que j’aime et que je valorise le plus. Les médailles sont dans un tiroir, les skis sont dans un musée, et ce que j’ai et que je chéris le plus de mes deux décennies dans le sport est les amitiés. Les anciens amis, les nouveaux amis, le meilleur ami qui est devenu mon mari… et qui demeure mon meilleur ami (la plupart du temps!). Les aventures, les rires, les pleurs, les célébrations et les difficultés… sont des moments mémorables en raison des gens avec qui je les ai vécus.

Et dans cet esprit, ce soir je veux dédier cet honneur à l’un de mes amis les plus chers  – l’ami de plusieurs d’entre nous si ce n’est la plupart, présents ici ce soir – Randy Starkman.  Nous avons perdu Randy plus tôt cette année, mais sa voix restera à jamais gravée dans l’histoire olympique du Canada en tant qu’un des journalistes sportifs les plus extraordinaires que nous ayons jamais eus, et un des meilleurs amis du sport olympique.  Alors Randy, peut-être que tu peux nous entendre; pour tout ce que tu as fait et tout ce que tu as représenté pour nous, c’est pour toi. Merci.

Suivez-nous sur Twitter